C’est la vie… (d’une femme ?)

EF

Il parait que je suis jolie.

Que j’attire les regards des hommes et parfois même des femmes.

C’est un sentiment agréable.

Quand une personne dans la rue vous sourit ou vous fait un compliment.

Mais voilà, apparemment il y a un prix à payer.

Je me souviens de la première fois.

Ma cousine et moi nous avions 12 ans.

Pour la première fois, on nous avait autorisé à prendre le métro seules.

Au terminus nous avons choisis un wagon sans personne,

On allait pouvoir crier et faire les folloles!

Et un homme est rentré.

Il a défait sa braguette,

et pour la première fois de ma vie j’ai vu un sexe d’homme.

Et il s’est branlé devant nous qui ne connaissions même pas encore le mot.

Paris. 13h30 sur la Ligne 1 il y a 5 ou 6 ans.

Le métro est bondé et je discute avec ma maman.

Je l’écoute un peu appesanti par le déjeuner copieux.

Je vois un homme qui s’agite.

Je ne comprends tout de suite.

Le temps que je réagisse,

une ado se retourne avec le tee-shirt souillé.

Un soir dans le RER il n’est pas tard.

Mais rame est étrangement déserte.

Un homme veut absolument me parler.

Et moi je ne souhaite pas.

Je ne devrais pas avoir besoin de me justifier.

Mais il ne m’inspire pas confiance.

Son murmure me fait encore froid dans le dos

« Tu me donne envie de te faire du mal quand tu te comportes comme ça»

En Turquie. Je me balade les cheveux défaits.

Les regards se sont insistants.

J’ai l’impression que certains frottements sont délibérés

Une atmosphère générale qui me met mal à l’aise.

Ces histoires sont les miennes.

Ce ne sont pas des rumeurs.

Et il y a celles de femmes que je connais.

D’un amant qui commence une relation sexuelle alors que sa compagne dort.

Et bien sûr, je ne parle pas de caresses pour la réveiller.

Mais du brusque sursaut d’une pénétration.

D’un étranger qui pénètre une ado dans les transports avec ses doigts

D’un professeur qui abuse de son influence pour coucher avec une élève.

D’un beau père qui s’introduit dans la chambre des filles de sa compagne.

J’ai trop de noms qui me viennent en tête et trop de visages familiers.

J’ai cru voir une statistique disant que 80% des agressions sexuelles,

Ne sont pas faites par des étrangers mais par des proches.

Je pense (il faudra que je vérifie) qu’il s’agit des viols.

Et je suis assez d’accord avec ce chiffre.

Mais je serais curieuse de savoir, ce que le commun des mortels,

considère comme une agression sexuelle.

Et c’est là le problème.

Se faire suivre dans la rue.

Subir des propos et des attitudes salaces.

Subir ces fameux « Eye Fucking » & « Cat Caller »

Cela ne génère pourtant pas toujours de contact.

Et pourtant on se sent si sale après.

En tant que féministe (le mot est lâché !)

Je considère que ce sont des agressions sexuelles.

Je continuerai d’en parler pour faire évoluer les mentalités.

Heureusement, je ne suis pas la seule.

Nous finirons faire comprendre ces à ceux et celles,

Qui ne l’on jamais vécu :

Le harcèlement de rue EST une agression sexuelle.

* Encore un peu de lecture!

Cet article fourmille de liens hyper intéressants sur le sujet.

«HeforShe» , «It’sOnUs»  et «YesMeasYes» vous connaissez?

Ce sont de très bonnes initiatives Made In US (articles en français)

3 certitudes sur le viol: On n’en guérit pas,

Ça peut arriver à tout le monde,

Ne mélangeons pas victimes & coupables.

Pour améliorer votre anglais, deux autres liens:

Un article sur ces femmes qui se mettent en scène avec des pancartes

pour illustrer les propos qu’on leur a tenus

 « Eye Fucking » & « Cat Callers » des notions à creuser

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. stessie dit :

    C’est tellement commun que tu l’intègre vraiment jeune. La peise de conscience ce fait difficilement surtout pour moi car certaine chose sont devenu juste de l’indifférence.
    Excepté peut etre dernièrement où des copines parties fêter la fins des études se sont retrouvés dans un taxi avec un mec en train de s’asticoter…c’est choquant mais elles le racontent comme une anecdote.

    J'aime

  2. missmllblog dit :

    Donc c’est un constat affligeant: la France n’avance pas sur ce sujet.
    Que faire pour que nos enfants n’aient les mêmes problèmes ?

    J'aime

  3. stessie dit :

    Peux être éduquer les garçons jeunes dès leurs plus jeunes ages à la galanterie et sensibiliser les adoEs au féminisme intelligent 😉 c’est si affligeant que j’adoptée mon casque comme arme de dissuasion massive…et oui souvent il n’y a pas de sons pour que je reste consciente de l’environnement. Le pire est que ce n’est même plus un sentiment d’insécurité non juste un mécanisme

    J'aime

  4. Oclis dit :

    « Peux être éduquer les garçons jeunes dès leurs plus jeunes ages à la galanterie… »

    La galanterie étant une forme de sexisme, je ne pense pas que ce soit la solution. Par contre, arrêter de forcer les gamins à faire une distinction presque pathologique entre la fille et le garçon serait un bon début.

    Dans notre chère éducation traditionnelle, que ce soit par l’habillement, par l’amusement, ou même par l’enseignement, on instaure entre nos enfants mâles et nos enfants femelles un clivage absurde: un enfant, peut importe son genre, n’est pas sexué avant l’adolescence. Résultat, il n’y a presque aucune communication entre les garçons et les filles, pas de découverte de l’autre et donc, de facto, pas la moindre empathie.

    Les femmes ne peuvent pas reprocher aux hommes d’être des hommes, au même titre que les hommes ne peuvent pas reprocher aux femmes d’être des femmes, cependant, il est tout à fait anormal qu’on arrive à ce niveau d’incompréhension entre les deux parties pourtant complémentaires de notre espèce.

    Les hommes et les femmes n’ayant pas le même rapport à la sexualité, comment vous, auteure de ce billet, pouvez vous attendre d’un homme qu’il ait la même notion que vous de ce qu’est une agression sexuelle? Pour un homme, c’est évident qu’une pénétration non consentie est un viol, par contre, quand il s’agit de regarder une jolie fille qui passe dans la rue, ça l’est un peu moins. Les hommes ne sont pas des monstres assoiffés de cul, pour la plupart en tout cas, mais ils ne sont pas des femmes, il ne peuvent pas comprendre ce que vous ressentez; et si vous vous contentez de dire « Non » sans expliquer pourquoi, il faut s’attendre à ce qu’il considère que la réponse n’est pas représentative des réactions normales d’une femme, et continue, serin, à répandre la terreur parmi toutes les demoiselles dont il aura en toute innocence admiré le fessier.

    Quand un homme part du principe que toutes les femmes ne sont bonnes qu’à être des objets sexuels, c’est sexiste. Quand une femme part du principe que tous les hommes sont des violeurs potentiels, ça l’est aussi. Il est grand temps d’arrêter de faire des généralités, notre espèce n’est plus sauvage: chacun de ses membres a un comportement qui lui est propre, indépendamment de son genre.

    Enfin, vous vous dites féministe. Croyez-vous vraiment que l’obtention du respect pour toutes les femmes doive passer par la haine des hommes? Croyez-vous vraiment que si les rapports de force s’inverse, la situation sera meilleure? Le féminisme n’est pas différent du machisme, il y a la même ignorance de la condition de l’autre sexe, la même haine, la même généralisation du genre qu’on considère comme inférieur.

    Soyez intelligente, prônez le dialogue et l’égalité.

    Oclis, membre de votre espèce.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s