Respect & The City

wpid-photogrid_1407403800820.jpg

 

Je m’en souviens comme si c’était hier de cet article sur le harcèlement de rue

Ça m’avait marqué parce je me suis rendu compte que c’était un vrai problème de société.

Féminine, tendance, discrète ou tout simplement femme voir même fille…

Si tu ne connais pas la musique tu en connais les paroles.

Car ici je ne parle pas de la drague lourdingue,

Celle du mec qui essaye d’attirer ton attention un peu trop longtemps.

Lui il te fait même marrer des fois…

« Steupléééééééééééééééééééééé allez soit sympa !!!!!! »

« En plus ton père c’est un voleur diamant et sa fille (clin d’œil ravageur)

ressemble à ma nouvelle copine. »

O_O

Comme si tu allais changer d’avis après la dernière supplique.

« Ah…. tu as de la chance je donne mon numéro à tous ceux qui m’ont à l’usure !!! »

 

Je parle du « S**** » quand tu refuses de donner ton numéro.

Du « S*** P*** » quand tu ne veux pas t’arrêter.

Du mec qui te suis avec un regard ou des gestes salaces.

Ou pire, du mec qui joint je geste à la parole avec une claque ou un attouchement.

De celui qui te fait peur dans le métro bondé qui semble d’un coup si vide

Devant tous ces gens qui font semblant de ne pas voir ton malaise.

Ceux qui ne veulent pas jouer les héros sont passionnés par leurs pieds.

Ceux qui pensent que tu le mérites avec ta jupe courte, ton maquillage, tes talons

Ou même ton attitude regardent franchement la scène.

Peu importe son comportement on a tous des arguments pour justifier ses actions

Et surtout son manque d’action en l’occurrence.

Pour aller un peu plus loin que le « c’est pas ma faute »

Je recommande cette BD très instructive la stratégie du harceleur.

 

J’aimerai simplement rappeler que les droits des femmes sont relatifs en fonctions des pays.

Ce qui apparaît « normal » pour chacun n’est donc pas le plus important.

Il faut se baser sur la loi du pays en vigueur et tacher de la modifier pour avancer.

C’est une partie du job des féministes.

Ceux et celles qui s’investissement pour faire avancer nos droits.

Mais aussi les régressions sur lesquelles nous devrions être inflexibles.

Aujourd’hui on a  «tellement » avancé que certaines oublient d’où nous venons.

Salaire féminin, bac féminin, droit à la contraception, au divorce…..

Un petit flashback qui ne mange pas de pain!

 

Dans notre beau pays qu’est la France,

Légalement je peux porter une minijupe sans la moindre contrepartie.

Mr le harceleur, ma minijupe ne vous donne droit à aucune compensation.

Je peux aussi me maquiller, porter les accessoires que je souhaite.

Et il n’y a pas de petits caractères concernant cela dans la constitution.

Je suis une adulte donc je n’ai pas à être traité comme une enfant qui demande la permission.

C’est la loi, et nul n’est sensé l’ignorer.

Le problème c’est qu’aujourd’hui il y a encore des hommes et des femmes qui pensent

Qu’une tenue en soit,  peut provoquer et/ou justifier un comportement.

« Mais c’est pas du viol…. Elle avait une minijupe et elle se baladait seule dans un quartier craignos…

Quelque part elle le voulait… »

NON ! NON ! NON !!!!!

Une femme ne cherche jamais à se faire violer.

Une femme ne mérite pas un contact, un attouchement, et encore moins un viol parce que son string dépasse.

Certes, niveau style ça craint mais ça s’arrête là.

Un homme qui justifie son acte par cette  «provocation» a tort.

Et j’ai l’impression qu’il y a encore beaucoup de travail pour faire évoluer les mentalités dans ce sens.

 

Je conclurai par un petit rappel historique

En 1962 John Fitzgerald Kennedy appliquait la loi.

Il a envoyé l’armé dans l’un des états les plus ségrégationnistes des Etats Unis.

Afin de soutenir James Meredith,  un étudiant noir avait le droit d’intégrer une université dans le Mississipi.

 Et visiblement il a fallu une petite piqûre de rappel à certains élus locaux.

wpid-photogrid_1407418502587.jpg

Si aujourd’hui ça parait évident qu’un noir puisse déambuler ou il le souhaite.

C’est parce qu’il y a 50 ans des hommes et des femmes se sont battus pour faire changer

la loi dans premier temps, puis les mentalités.

Alors vive le féminisme grâce auquel dans 50 je l’espère

on parlera avec effarement du harcèlement de rue des années 2000.

4 commentaires Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s